12 membres en ligne. Connectez-vous !

Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Recherche dans le sujet
Auteur obnubilé par la neurobiologie, "Anthropozoo&quot
#1
0
0
Théatre.
A Paris, une nouvelle pièce du jeune Gildas Milin, auteur obnubilé par la neurobiologie. Chaos de cerveaux

Par Maoea BOUTEILLET

lundi 10 mars 2003

l y a trois ans, au sortir de sa précédente création (le Premier et le dernier à  Bourges), Gildas Milin évoquait déjà  son attrait pour les recherches en neurobiologie qui sous-tendent aujourd'hui sa nouvelle pièce, Anthropozoo (1), dont il signe là  encore texte, mise en scène et scénographie. Artiste vif ­ aussi bien plasticien, musicien qu'homme de théâtre ­ le jeune Milin est allé pendant près d'un an à  la rencontre de spécialistes du cerveau pour creuser avec eux cette question de la conscience humaine qui le taraude pièce après pièce. Remisant sa lecture jusque-là  plutôt mystique du monde, pour l'aborder sous un angle plus rationnel mais non moins vertigineux.

Tests médicaux. L'histoire se passe dans un sous-sol étouffant, mais l'atmosphère tient ici davantage de la SF que du polar. Anthropozoo explore un futur immédiat dévasté par la guerre. Les hommes qui la font (les généraux, les fils et les frères morts) n'existent que dans le hors-scène. Seules les femmes occupent le plateau. La plupart sont des prisonnières. Soumises à  d'importantes radiations au moment de leur capture, elles font l'objet de tests médicaux intensifs sous la surveillance d'une neurologue, Anna Adviso. Celle-ci, inventrice d'une drogue utilisée par l'armée pour endormir le libre arbitre et les états d'âme des soldats, entrevoit soudain le danger potentiel lié aux nouvelles «anthropotechniques» («l'hybridation de l'humain avec l'ordinateur» entre autres).

Nouveau monde. La pièce commence au moment o๠la scientifique demande à  son ordinateur personnel de lui simuler un public. «Les rendre réels. Créer une adresse directe (...) Ce public devra figurer les représentants des différents courants de résistance.» L'auteur envisage le théâtre comme lieu o๠s'interroger sur «l'humain comme nouveau monde. Comme site et comme espace de découverte mais aussi potentiellement comme nouvel espace de contrôle». Déterminée et désarmée, sur son pan de scène qui avance au coeur de l'auditoire, la jeune actrice Sophie Rodriguez, à  laquelle revient l'essentiel du texte, relaye ces questions de la manière la plus touchante. «Imaginez, dit-elle les yeux brillants d'émotion, qu'on puisse mettre de l'amour en éprouvette, de l'amour en formule, en molécule, en médicament.»

Mugissements. Le vide carcéral du plateau, les costumes taillés façon camisole de force, le travail de lumière et de sons, aux variations parfois imperceptibles, et surtout ce blanc létal qui recouvre toute chose concourent à  créer un univers psychiatrique o๠les affects semblent surexposés. Interférant avec le discours d'Anna qui s'efforce d'être la plus rationnelle possible, les femmes émettent des aboiements, mugissements, hurlements (pas toujours du meilleur effet), en même temps qu'elles rampent, se contorsionnent, dansent en une sorte de mouvement de folie collective.

O๠tout cela mène-t-il ? Au risque de passer pour un naà¯f, Milin est un raconteur d'histoires. Et il le fait en coordonnant avec habileté les différents éléments du plateau. Le spectacle passe par des moments de creux o๠l'on a le sentiment que l'auteur a été dépassé par son sujet. Pourtant, à  la sortie, quelque chose en nous a bougé.

(1) Actes Sud-Papier.

<!-- m --><a class="postlink" href="http://www.liberation.fr/page.php?Article=94304">http://www.liberation.fr/page.php?Article=94304</a><!-- m -->
Un autre regard sur le Monde. Faire découvrir.
Globe

http://www.ckzone.org http://www.riderz.net
Répondre
#2
0
0
LE MONDE | 10.03.03 | 13h34

Vision au microscope d'un zoo humain peuplé de machines pensantes
"Anthropozoo", une expérimentation scénique futuriste de Gildas Milin.

Univers de laboratoire, de chambre frigorifique ou de capsule spatiale à  la Kubrick. Plateau en demi-cercle blanc, vide, aseptisé, souligné par un rail de néon. Aucun son. Au sol, neuf corps de femmes inertes, bientôt agités, par soubresauts, de mouvements incontrôlables.


Anthropozoo démarre ainsi, dans le silence de mort qui suit les catastrophes ou accompagne la vie dans des conditions limites, et ce début est très beau, intrigant comme un voyage dont on ne connaît pas la destination, temporelle ou spatiale.

Anthropozoo. "Zoo humain", nous dit l'étymologie. Mais, plutôt, expérimentation théâtrale et pédagogique, découpe chirurgicale de ce que pourrait être l'avenir de l'humanité. Dans un futur proche secoué par une guerre que l'on nomme "processus de pacification", un commando de femmes - qui toutes ont perdu un fils ou un mari dans le conflit et ont commis la faute d'avoir voulu rendre dignement hommage à  leurs morts - est détenu dans les sous-sols d'une station militaire.

Une neurologue, Anna, est chargée de soigner et de "rééduquer" ces femmes qui ont subi de fortes radiations et vivent, si l'on peut appeler cela ainsi, sous la surveillance de "Boule de guerre", garde-chiourme décervelée et désarticulée.

Pour Anna, au départ, les femmes du commando sont des cobayes sur lesquels elle peut tester une substance répondant au doux nom de "FILB 8", qui prive les êtres qui la consomment d'émotions et donc de capacités de résistance. Mais, rapidement, quelque chose, dans l'(in)conscience d'Anna, déraille : plutôt que de faire de ces femmes des pantins sans âme, elle leur administre une autre drogue, le "XRT 19", qui, elle, accroît les aptitudes cérébrales et permet d'accéder à  une forme d'intelligence nouvelle - et communautaire.

Cette Anna, qui dit d'elle-même qu'elle est probablement "plus une poétesse et une prophétesse qu'une neurologue", est un personnage intéressant, contradictoire, une figure du questionnement et du doute au service du pouvoir.

Gildas Milin, qui est licencié en arts plastiques, compositeur de jazz, vidéaste, scénariste, traducteur, comédien et... auteur et metteur en scène de théâtre, artisan d'une très belle Ordalie en 1995, a, sans doute, voulu dire beaucoup de choses sur notre monde et son évolution probable.

La déshumanisation de l'homme, son conditionnement sous des camisoles, chimiques ou autres, de plus en plus immatérielles et sophistiquées, son hybridation avec des "machines pensantes", sa "déconsciencialisation" (le mot est de l'auteur), laissant la porte ouverte à  l'éternelle barbarie, dans ses nouvelles formes sans visage.

A-t-il voulu trop en dire, ce jeune homme (trop) doué ? A-t-il trop fait confiance à  son talent ? Toujours est-il que, très rapidement, saturé, accablé par la complexité un peu creuse du propos, on décroche, avec la sensation d'avoir assisté à  une expérience assez vaine de théâtre en éprouvette.

Fabienne Darge

Anthropozoo, texte et mise en scène Gildas Milin. Avec Ese Brume, Marie Dablanc, Julie Denisse, Catherine Ferran, Michèle Goddet, Alexia Monduit, Florence Payros, Sophie Rodrigues et Catherine Vinatier.
Théâtre national de la Colline, 15, rue Malte-Brun, Paris-20e. Métro Gambetta. Tél. : 01-44-62-52-52. Mardi à  19 h 30, du mercredi au samedi à  20 h 30, dimanche à  15 h 30, jusqu'au 29 mars. De 12 € à  24,50 €. Durée : 2 h 45.

• ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 11.03.03

<!-- m --><a class="postlink" href="http://www.lemonde.fr/article/0%2C5987%2C3246--312339-%2C00.html">http://www.lemonde.fr/article/0%2C5987% ... %2C00.html</a><!-- m -->
Un autre regard sur le Monde. Faire découvrir.
Globe

http://www.ckzone.org http://www.riderz.net
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)