25 membres en ligne. Connectez-vous !

Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Recherche dans le sujet
circuit ouvert ou fermé ?
#1
0
0
Bon, toujours pour éclairer vos lumières (bien utile au fond d'avoir un peu de lumière Wink ), voici les principales différences entre les divers trucs qu'on se colle sur le dos (ou parfois sur le ventre).

On appelle circuit ouvert l'ensemble des apppareils qui permettent de respirer sous l'eau mais qui perdent du gaz, qui le laissent fuir on dira. C'est en gros le cas de votre matériel de club ou utilisé durant vos vacances, a savoir un (ou plusieurs) bloc(s) et un (ou plusieurs) détendeur(s). Le (ou les) gaz(s) que l'on emporte sont composés en partie d'oxygène, qui nous sert à  vivre (oxygène consommé par nos muscles, notre organisme, ...) et qui se trouve transformé en gaz carbonique, qui st expulsé dans l'eau. On consomme donc beaucoup de gaz, surtout dans les plongées longues ou profondes, et on trouve rapidement la limite de capacité des blocs emportés.

Hop, miracle, on trouve aussi les circuits fermés (ou semi-fermés) qui sont vulgairement appelés recycleurs. En fait, au lieu de laisser fuir ce CO² produit par notre organisme après consommation de l'oxygène, on le fixe et on le "recycle avec de la chaux sodée, puis on y ajoute si besoin un tout petit peu d'oxygène pour faire "le niveau", et on renvoie le tout dans le système respiratoire. C'est bien, c'est beau, c'est économe en gaz, mais c'est complexe à  mettre en branle et surtout ça demande à  oublier toutes les habitudes de la plongée en circuit ouvert.

Par contre, problème commun à  ces deux familles d'appareils respiratoires, on doit jongler avec des gazs afin de réduire la quantité d'azote dans l'organisme en fonction de la profondeur, on doit toujours se taper des paliers, on doit toujours surveiller la toxycité de certains gaz, et on doit toujours veiller à  doubler ou tripler les stocks de gaz en cas de problèmes.

Ah, et j'oubliais, le prix....... Confusedhock: Confusedhock: Confusedhock: Confusedhock:

Le recycleur fait TRES mal au porte-feuille..... :?

Des questions ?
Dans la boîte à vitesses de la connerie, y a pas de marche arrière.
Répondre
#2
0
0
oui moi ! une question!
Pour pas avoir mal au porte monnaie. Pourrais tu nous montrer une de tes réalisations?
Répondre
#3
0
0
Citation :Par contre, problème commun à  ces deux familles d'appareils respiratoires, on doit jongler avec des gazs afin de réduire la quantité d'azote dans l'organisme en fonction de la profondeur

Je pensais que le circuit fermé n'était vraiment efficace qu'à  de petites profondeurs. Je me trompe ?
Répondre
#4
0
0
Pareil que Georges.
Et depuis que je lis ça je me demande pourquoi ces appareils ne peuvent s'utiliser qu'en eu peu profonde?
Every time I think I'm gonna wake up back in the jungle.
Répondre
#5
0
0
Une de mes réalisations ??? :?

C'est pas fini, mais le principe est le suivant (y'a pas a réinventer, y'a juste à  "personnaliser" des concepts existants - là , c'est un modèle piqué à  un allemand, qui lui-même l'a piqué à  des péloés français et suisses):

- un tube de gros diamètre (l'idéal est le diamètre d'une bouteille de 12L) qui prend place dans le dos (mais peut être monté en side mount, en latéral), assez épais pour tenir tout le recycleur, disons du PVC ou du plexy,

- dedans, un contre-poumon en gourde souple, genre Camel Back (ou évenutellement mais c'est complexe à  trouver, un faux-poumon de machine d'oxygénothérapie médicale), volume entre 4,5 et 8L selon les poumons du plongeur,

- dedans également, un filtre contenant environ 2Kg à  2,5Kg de chaux sodée, avec des grilles et du tamis fin pour éviter que la poudre de chaux ne se ballade ou que les granulés ne se barrent, on peut le faire dans un tube de même matière que le support, mais de diamètre plus petit pour le glisser dedans.....

- une purge de surpression dont on changera le ressort pour l'adapter au volume du faux-poumon,

- des raccords étanches pour pouvoir raccorder la boucle respiratoire, laquelle serait parfaite si c'était de source DRAEGER, disons l'embout du Ray, plus souple à  manipuler que celui du Dolphin Wink ,

- un système d'injection à  la demande avec une vanne calibrée KISS, disons une vanne hydrogom ou une vraie Kiss,

- des supports pour les cellules d'analyse O², avec les raccords étanches vers des afficheurs de PPO² ou vers un ordi gérant l'analyse d'oxy (HS Explorer ou VR3, certains autres modèles sont en attente de comemrcialisation...)

- les raccords vers le ou les blocs contenant les gazs 'O² et/ou diluant)

- un système d'injection mécanique de gaz (commandé par palette, par exemple, lorsque le poumon se dégonfle trop)

En résumé, donner ça :


Pièces jointes Miniature(s)



Dans la boîte à vitesses de la connerie, y a pas de marche arrière.
Répondre
#6
0
0
Si on précise un peu les choses :

dans cette configuraition, on a un recycleur semi fermé parfait pour débuter.

a gauche du schéma, un bloc de quelques litres de mélange avec moins de 32% d'oxygène, on dira un bon Nitrox (Nx32). Celui ci aliment via un premier étage, le détendeur modifié en vanne automatique (ADV) situé sur le dessus du recycleur. Le gaz se répand (en vert) dans une chambre située sur le dessus du filtre, là  o๠les cellules vont permettre l'analyse du gaz. Le gaz est ensuite acheminé via un gros tuyau souple, vers la pièce buccale (mouthpiece) o๠le mélange sera respiré par le plongeur.

L'O² transformé en CO² par le plongeur repart par le raccord buccal (on trouve des membranes anti retour de chaque coté de cette pièce, pour éviter le retour de gaz par le mauvais coté Wink ), direction la traversée du filtre de chaux pour arriver enfin dans le faux poumon (le soufflet en bas), flux en rouge. En cas de surpression dans ce poumon, la vanne de purge située en bas laisse fuir un peu de gaz (d'o๠son nom de semi-fermé).

En aspirant une nouvelle goulée de mélange, le plongeur force le contenu du faux poumon à  traverser le filtre de chaux, qui permet de retrouver une partie du mélange respirable dans la chambre située au dessus du filtre.

En faisant ainsi, on perd malgré tout un peu de gaz, et on consomem surtout de l'oxygène. On peut donc voir sur ses ananlyseurs ou sur son ordi que le niveau d'O² baisse, et on en ajoute à  la demande depuis la vanne (le bloc situé à  droite au bout des tuyaux...).

Cette avnne comporte une pièce qui laisse fuir en permanence un peu de mélange pour qu'il y ai toujours de quoi respirer (on étalonne cette fuite permanente avant la plongée), mais il existe un bypass qui permet, d'un coup de pouce, d'injecter une grosse quantité de mélange afin de rétablir rapidement un ratio d'O² correct dans la boucle repsiratoire.

Simple, non ????? Eyecrazy


Pièces jointes Miniature(s)



Dans la boîte à vitesses de la connerie, y a pas de marche arrière.
Répondre
#7
0
0
Dans la pratique, ça donne un peu ça :


Pièces jointes Miniature(s)







Dans la boîte à vitesses de la connerie, y a pas de marche arrière.
Répondre
#8
0
0
Les intérets du montage dans un tube sont la facilité de réalisation, la simplicité de transport et de montage, le coté compact et solide, une inspection visuelle rapide et facile.....

Les inconvénients sont un poumon unique, qu'il faut placer assez haut et près du corps (le plus près possible des poumons du plongeur, pour ne pas créer de difficultés respiratoires), un encombrement pas assez "réparti" sur le dos du plongeur.....

Il faut savoir que tous les recycleurs ont leurs avantages mais aussi leurs inconvénients, c'est obligatoire. Reste donc à  faire un choix en fonction de ses propres critères (confort, solidité, redondance, fiabilité, etc....)

Voilà  ce que donnerait le tube du recycleur, en alu, avec deux blocs montés sur une wing et une plaque.....


Pièces jointes Miniature(s)



Dans la boîte à vitesses de la connerie, y a pas de marche arrière.
Répondre
#9
0
0
Whoa ! Chapeau dark !
Répondre
#10
0
0
Georges a écrit :
Citation :Je pensais que le circuit fermé n'était vraiment efficace qu'à  de petites profondeurs. Je me trompe ?

Effectivement, tu te trompes....

Les recycleurs de petite profondeur sont en fait limités par le gaz utilisé (qui influe sur la conception mécanique de la chose).

Un recycleur à  O² pur ne permettra jamais de descnedre plus bas que la profondeur habituelle d'utilisation de l'O², a savoir en gros 6m, a cause des risques d'hyperoxie.

Si tu remplace cet O² par de l'air (c'est pas le choix le plus malin) ou par du Nitrox, tu peux envisager de descendre jusqu'à  la profondeur max de ton Nitrox.... bon, je simplifie nettement, mais c'est l'idée.

Si tu commence à  mixer dans ton recycleur tes gaz, O² et un autre (appelé diluant, car il sert à  diluer le contenu de la boucel respiratoire) et si tu utilise un Héliox, tu peux, avec un fermé genre KISS, te taper des profondeurs impressionnantes.

L.BALLESTA a récemment fait des photos en recycleur fermé électronique vers 190m de fond....

Des potes savoyards plongent dans le lac du Bourget régulièrement à  100: 120m durant une dizaine de minutes.

J.MEYNIE zone souvent dans la source de Font Estramar avec un recycleur durant des heures, a des profondeurs qui sont allées (de mémoire à  180m.....
Dans la boîte à vitesses de la connerie, y a pas de marche arrière.
Répondre
#11
0
0
Att, c'est po le mien, c'est la base de départ.....

Moi, je vise à  en faire un vrai kiss, un fermé à  gestion manuelle.....

Là , c'est juste le travail de départ d'un allemantt, Hogis, qui en a fait quelques uns sous la ref TR300....

Il vient d'en finir une version plus compacte, avec deux poumons, qui est superbe.

Mais fabriquer son propre recycleur n'est pas très rentable a moins de disposer de pièces à  pas cher. Tu arrives vite, sans même chiffrer ton temps, à  dépasser le prix d'un modèle commercial.

En plus, avec ce genre de bricolages, faut plonger dnas ton coin mais pas en école, les clubs de plongée te jettent des pierres quand tu te pointes sur leur bateau avec ton usine sur le dos....
Dans la boîte à vitesses de la connerie, y a pas de marche arrière.
Répondre
#12
0
0
tu métone , spa anodin de jouer avec la respiration , c'est vitale ^^
Lémeure & PitiouW corporation
Répondre
#13
0
0
Pour la filtration sur la chaux tu te fournis ou ?
Répondre
#14
0
0
On trouve de la chaux chez différents fournisseurs (bigata par ex.), chez quelques boutiques de plongée tek, mais surtout des fournisseurs étrangers. Il faut prendre de la Spherasorb, packagée en 5 ou 20 kg / bidon. de mémoire, le 5kg est aux alentours de 40€.

Pour les coà»ts, faut penser aussi à  compter le gaz et les gonflages....

Perso, je transfère mon O² At Home..... 8) :wink:
Dans la boîte à vitesses de la connerie, y a pas de marche arrière.
Répondre
#15
0
0
Chez le vieux campeur y'en a, mais c'est au prix vieux campeur et pour des petites à  moyennes quantités.

D'après les expériences chez les pompistes, si tu prends la marque qui conditionne sous forme de granulés, cela augmente le confort et l'aisance de respiration (moins de chaleur pour les ARICF Fenzy et Drà¤ger). Du coup, tu te fatigues moins.
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)