24 membres en ligne. Connectez-vous !

Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Recherche dans le sujet
Jonction à St Marcel
#1
0
1
subafab
Pour ceux qui connaissent ce réseau impressionnant, il a été confirmé depuis peu la jonction entre Le Bateau, l'Ecluse et le réseau.

Citation : Messagede JP Baudu » Dim 17 Juin 2012, 21:19
Bonjour, quelques news rapide avant un article détaillé

Depuis mi Mai, 3 plongée ont été réalisé depuis la résurgence du Bateau en Ardeche.
Le 1er WE j’étais juste avec Catherine, et j’ai désenvasé la cablette et réequipé jusqu'à 700m Visi 3m
Le 2 eme WE (le 9 Juin), J’ai tiré du fil jusqu'à 998m, réalisé la topo et déposé des balise. L’ancien terminus étant dans la zone des 800m d’après les derniers relevés topo. Il semble y avoir un départ sur la droite. Visi 2m, plongée 4h Participant Seb Rocheil, Philippe Imbert, Calos Placido, Catherine Baudu.
Ce samedi (16 juin), J’ai tiré mon fil jusqu'à 1330m, arrêt dans un puits à -65m, la Liaison avec St Marcel à été réalisé. Ce siphon est devenu le plus long d’Ardeche, ce qui ajoute aussi deux entrées à St Marcel…
Plongée 5h, visi 3m au début, 1m50 au puits.
Participant : Catherine Baudu, Carlos Placido (Mowgli), Frank Vasseur, Frédéric Bonacossa, Olivier Dufourneaud, Yannick Bohbot
Une plongée est prévue ce samedi. Merci à tous les participants et aussi Philippe Brunet pour les infos et les points topo de la zone d’entrée et le réseau A
Citation : Messagede phb » Lun 18 Juin 2012, 13:17
bon, ben ca y est, l'aval profond est connecté à la source du bateau. Bravo jean pierre. Après toute ces années, st marcel se découvre un peu et atteint 57 km, son réseau noyé se confirme comme le plus important de France. cette explo nous montre encore des changements de direction impressionnants.
Mais le labyrinthe noyé reste complexe. La fin est dans un puits mais c'est l'amont , lequel est exploré quelques centaines de mètres plus a l'Est a - 40! le carrefour des 650 m a bien défendu la suite. J'espere que tu vas avoir de la visi bientot pour repérer les autres galeries.
Citation : voici le CR rédigé par Olivier Dufourneaud pour notre équipe de taupes Sophipolitaines, afin de désengorger la boite mail de JP et qq complements techniques:
Propulseur principal: Premeco court refait à neuf (maison) avec moteur brushless
48V/400W (90BLDC-002) et batteries LiFePo4, courant max 7A (350W).
Propulseur de secours: DiveX CUDA 650 (co plongée FFS)
Fred
--------
Participants:
Jean-Pierre Baudu (plongeur de pointe), Carlos Placido (Mowgli),
Catherine Baudu, Franck Vasseur, Taupes: Fred, Yannick, Olivier
Temps de plongée pointe: 5h
Temps de plongée Taupes: 1h environ

Sur une proposition originale et tardive de Fred, une joyeuse équipe de Taupes amphibies s'assemble vendredi soir. Nous sommes gonflés comme nos blocs pour participer à cette aventure de légende: la jonction entre la résurgence du Bateau (dans le lit de l'Ardèche, plage du camping des grottes à Bidon) et la grotte de Saint Marcel. 18 ans (au moins) de fantasmes, de plongées engagées, d'avancées et de déceptions. Bref, ce projet végétait quelque peu ces dernières années, jusqu'à attirer l'attention et aiguiser l'appétit de Jean-Pierre Baudu, bien décidé à relever ce défi. Deux ans de préparation technique et deux week-ends de remise en état et progression dans la cavité plus tard, voici le grand jour enfin arrivé. Tout est possible. Mais revenons un instant sur le théâtre d'opérations. Après une courte zone d'entrée (50m environ) assez basse, la zone de puits emmène rapidement à -25, puis -60m. De là, une grande galerie (5 à 10m de diamètre) part à l'horizontale vers St Marcel, le siphon dit "aval profond" du réseau A reconnu par Philippe Brunet jusqu'à cette profondeur. Plus d'un kilomètre à parcourir dans une ambiance lugubre, par -60m. La barre des 900m reste longtemps indépassable, malgré de lourdes expéditions en circuit ouvert.
Pour cette nouvelle tentative, Jean-Pierre Baudu adopte une approche "moderne", et utilise naturellement un recycleur. C'est toutefois une solution rustique : recycleur semi-fermé passif, à fuite proportionnelle. Système connu depuis quelques décennies (DC55, Halcyon PVR-BASC puis RB80 et ses descendants). Ici revisité en home-made et en double-recycleur. Pas d'électronique, que du feeling, et un mode d'utilisation qui colle au plus près du circuit ouvert...avec 2x6h d'autonomie!
Les deux plongées ont permis à Jean-Pierre de désenvaser le fil existant et poursuivre la pointe jusqu'à près d'un kilomètre. Au programme cette fois: 300m sur le dévidoir, qui si l'on en croit les reports, devraient permettre d'atteindre le terminus de "l'aval profond".
Moyens techniques: double recycleur, Nx 60, Nx 40, Tx 21/50, deux scooters (et pas du petit).
Pour notre part, nous faisons escale vendredi soir à Pont St Esprit chez les parents d'un habitué des siphons ardéchois de la bande de parisiens de Fred. Hospitalité remarquable, comme à l'accoutumée. Après une nuit courte mais fort profitable, un réveil matinal nous jette dans le feu de l'action. Un petit-déjeuner avalé sur le pouce et nous voici en transe et en route vers les gorges. Les chemins de traverse sont finalement plus fréquentés à cette heure matinale que les gorges elles-mêmes. Les activités agricoles prédominent encore, en ce samedi de la mi-juin, sur un tourisme tempéré par un printemps des plus maussades. Un soleil radieux nous accompagne pourtant. Au bout du chemin du camping des grottes, nous rencontrons dans un premier temps Catherine et Mowgli, que nous aidons à finir de descendre le matériel jusqu'au bord de l'Ardèche. Là, Jean-Pierre nous accueille, déjà très concentré sur sa plongée. Peu causant mais hyper méticuleux. Grande économie de mouvements, précision des gestes, maîtrise absolue de l'horaire. La tension est palpable, mais n'a aucune prise sur un plongeur rompu aux grands évènements et aux exploits. Méthodique, imperturbable, Jean-Pierre se prépare sans même que l'on s'en rende compte, tout en gardant un oeil sur Mowgli qui le précèdera de peu avec du matériel. Parfaitement dans les temps, Jean-Pierre part à 9h25. Rendez-vous est donné à midi à -30m. Notre petite troupe est à la fois subjuguée par l'objectif et parfaitement sereine devant tant de maîtrise technique. Catherine part observer la faune des gorges pendant que Fred et moi préparons notre matériel. Le b... de ma préparation contraste remarquablement avec la précision de celle de Jean-Pierre. Franck Vasseur arrive vers 10h.
Equipé de son Mégalodon, il part vers 11h30 barboter dans la zone profonde et retrouver Jean-Pierre.
La tension monte, la motivation est à son comble, Fred part acheter des pizzas. Soudain, Mowgli refait
surface, de retour du rendez-vous des -30m. Les nouvelles sont bonnes. Jean-Pierre n'a eu aucun problème, il a entamé ses deux grosses heures de paliers (15’@ 12m, 28’@ 9m, 100’@ 6m)...et a réussi la jonction.

Mais laissons la parole à Jean-Pierre pour raconter cette aventure:
"La plongée démarre tôt le matin, pour profiter de la fraicheur du bord de l’Ardeche. Départ 9h25mn. Mowgli dépose une bouteille, ma batterie de chauffage et un de mes propulseurs. Je le rejoins quelques minutes
après. Je suis en bas du puits 12mn après mon départ. La visi est de 3m maxi. Il me faut 32mn depuis le bas du puits pour rejoindre mon terminus à 998m. J’ai bien observé le fil de Fred Badier et la galerie, l’ancien terminus semble se situer suivant les nouveaux relevés topo vers 800 m. Il semble y avoir une bifurcation sur la droite. Je commence à dérouler le fil et suivant le conseil de Fredo Bonacossa, je croise la galerie pour suivre celle-ci le long de la paroi de gauche (liaison hypothétique avec le réseau A). Vers 1100m, je vois une galerie à droite qui rejoint celle ou je circule. C’est l’arrivée d’une nouvelle galerie parallèle entre 800 et 1100m. Après ce carrefour, j’observe des fractures au plafond, sans voir de fil, je continue. La galerie est immense, difficile de se faire une idée des dimensions. Puis je tombe sur du
massif. La visi s’est énormément réduite, Je sens des variations de température. Je change de direction, non en fait je tourne et je suis au-dessus d’un immense puits, je me retrouve vite à – 65m. Cela fait
48mn que j’ai laissé le bas du puits, je suis à 1330m de l’entrée. Il est temps de rentrer pour aujourd’hui. Mon fil a croisé la galerie, ce qui fait que mon trajet retour n’est pas le même qu’a l’aller. Mes amarrages sont rares et très espacés. Mais là stupeur, coup de chance improbable. Mon fil coupe le fil de Philippe Brunet. Je viens de faire la liaison avec une visi de merde. Je suis à 1250m. Le retour se fait en
relevant les points topo des changements de direction. Je me profile sur mon scooteur pour accélérer au mieux. Chaque minute perdue est traduit par des longues minutes au palier."

Saint Marcel a donc depuis quelques minutes gagné une 6ème et une 7ème entrées, par les résurgences du Bateau et de l'Ecluse (qui communiquent).
NDLR: et une 8ème parle biais de la grotte du Bateau juste au dessus de la plage permettant de rejoindre l'Ecluse.
Fred s'équipe pour rejoindre lui aussi Jean-Pierre et le débarrasser d'un peu de matériel. Jean-Pierre et Franck ressortent en pleine forme vers 14h15, à la grande satisfaction de Catherine qui retrouve avec plaisir son mari, même si elle ne s'est pas inquiétée le moins du monde. Au retour de Fred, Yannick et moi allons faire un petit tour dans la zone supérieure du Bateau: traversée jusqu'à l'Ecluse, descente dans les
puits jusqu'à -35 et -25. Nous ratons la zone des cloches. Le moins que l'on puisse dire est que notre technique est perfectible. Pendant que Yannick, bien collé au fil, laboure joyeusement les dépôts argileux, je nage en crabe avec mon bi en vrac et tout sauf ergonomique. Après une bonne pause joyeuse au bord de l'Ardèche vient le dur moment de remonter tout le matériel. Le double recycleur de Jean-Pierre est plus
impressionnant que réellement lourd, mais tout est relatif...(les scooters ne sont pas mal non plus). Nous avons tous bien mérité une tournée de glaces au restau du camping, puis une tournée d'un fameux vin
ardéchois dont je tairai le nom que je n'ai pas retenu (NDLR: Saint Giraud Automne), puis un bon petit restau le soir. La convivialité spéléo prend tout son sens.

Quelle belle aventure, rondement menée par Jean-Pierre Baudu avec une maîtrise sans faille. Comme tout a
l'air simple quand chaque geste est parfaitement exécuté!

Après une nouvelle nuit courte mais agréable, nous festoyons à nouveau au petit déjeuner grâce à la razzia de Fred et Yannick dans une boulangerie de Pont St Esprit. Nous repartons pleinement satisfaits de ce court séjour ardéchois si plaisant et fructueux, non d'ailleurs sans faire au passage le plein de fruits, légumes et jus de fruits locaux.

Prochain objectif de Jean-Pierre le WE prochain, pour sa dernière plongée (de l'année du moins) au Bateau: retourner au puits pour l'explorer (jusqu'à -80 maxi) et percer le mystère des changements de température et de turbidité de l'eau. S'agirait-il de l'arrivée de la rivière de Bidon dans l'aval profond? Saint Marcel, plus grand siphon ardéchois, n'a pas fini de révéler tous ses secrets!
Photos sur : http://www.flickr.com/photos/48854815@N%...158473466/
Dans la boîte à vitesses de la connerie, y a pas de marche arrière.
Répondre
#2
0
0
Le lien flickR est mort. Voici le bon:
http://www.flickr.com/photos/48854815@N0...158473466/

Ainsi la source de ces CR sur le forum plongeesout.com:
http://pscausette.plongeesout.com/viewto...72882c4a40

Pour ceux qui sont intéressé par le sujet: Avec un CR à télécharger
http://speleoressac.free.fr/cavites/stma...arcel1.htm

Et naturellement le livre:
http://librairie.ffspeleo.fr/achat/produ...1&catid=23
Répondre
#3
1
giant
0
well,

Le bouquin est dispo a paris avec dedicaces (MP)

puisque l'ami dark a décidé de tout retranscrire il est nécessaire de nuancer. Pas sur l'explo elle même ni sur le plongeur de pointe avec qui j'ai échangé mais sur le dernier CR

l'explo du bateau est réalisé par les plongeurs d'AVENS de 1994 à 2011. Depuis 3 ans il s'agit de nettoyer les fils qui se prenaient dans les scooter, de reprendre l'équipement et la topographie (1,3 km dont plus de 1 km entre - 54 m et - 60 m).
Faut dire qu'avec 4 x 18 litres au fond et d'autres au palier on etait lourd et on n'arrivait pas à avancer beaucoup plus loin.
Un peu nos limites, il fallait du recycleur et surtout etre a l’aise au recycleur pour ne pas rajouter un mort ou deux a la liste deja impressionnante.
Voila ce qu'un accompagnateur du bord de l'eau appelle végéter.

Quand a la galerie "reconnue" a - 61,5 m elle a explorée et topographiée, elle est atteinte apres 1 km aussi et précédée de ramping, siphons, puits et grottes. ce qui explique qu'elle n'a pas été prolongée.

C'est bien de venir pour la première fois et de mettre fièrement son nom sur un CR en omettant les plongée précédentes.
Sad
vivre c'est mourir un jour, plonger sous terre c'est vivre intensément!
Répondre
#4
1
plongeur
0
Euh, pour moi, il apparaissait évident que sans les premiers travaux de découverte/défrichage/topo, cette jonction n'aurait pas eu lieu. Le livre sur St Marcel donne une vision plus précise des différentes campagnes de découverte, et de l’ampleur du réseau. Wink
Dans la boîte à vitesses de la connerie, y a pas de marche arrière.
Répondre
#5
0
0
heu st marcel c est dans le nord du treize, pour jonctionner avec l Ardèche vous passez dessous ou dessus le réseau???, non je demande ça comme ça... OK je retourne a mes vaches
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)