24 membres en ligne. Connectez-vous !

Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Recherche dans le sujet
Soutterains de Bourges
#1
1
smac
1
Capitaine Caverne
Salut à tous,
Donc déjà première précision, je n'ai aucune photo, le guide ne nous ayant pas autorisé à en prendre.

C'était il y a quelques années, un de mes camarades d'école faisait un projet de consolidification des souterrains de Bourges en accord avec la mairie. Il a alors eu le droit d'emmener 2 petits groupes d'une dizaine de personnes dans ceux ci accompagné par la personne de la mairie s'en occupant. On rentre par l'intérieur de la mairie ou par deux autres accès extérieur non loin de la cathédrale (mais tout deux condamnés).

Ils s'étendent entre la mairie et la cathédrale et passe sous le parc non loin. D'après notre guide il y aurait aussi un réseau sous le palais jacques coeur mais la rumeur comme quoi les deux sont liés serait fausse (et visiblement elle l'est).
Les souterrains quant à eux sont assez petit (peut être 200m / 300m), mais le plus impressionnant c'est que tout est resté intact depuis la seconde guerre mondiale. Brancard d'époques, divers papiers qui traînent mais sont rangé, etc... Personne n'y retourne jamais...

Ils sont bien sûr interdit d'accès et il n'y a jamais de visite officiel.

Voilà voilà !
Répondre
#2
3
Bissa
ouchouh@ya
smac
0
Petit docu sur les souterrains de Bourges. Ceux dont je parlais sont les premiers qu'on voit.

http://centre.france3.fr/2013/08/12/la-f...94919.html
Répondre
#3
5
alpha
Bhv
Déglingué de 2nde Masse
Georges V
ouchouh@ya
1
Capitaine Caverne
encore un truc accessible qu'au bourgeois ...
Lémeure & PitiouW corporation
Répondre
#4
0
0
(Lun. 20 Jan. 2014, 16:06)lamer a écrit : encore un truc accessible qu'au bourgeois ...

Instant culture !

On dit les berruyers.
Répondre
#5
5
Arktus
Bissa
Déglingué de 2nde Masse
Mathieu
smac
0
Et quand ils descendent sous terre, c'est les berruyers noirs.

Et instant de fondamentaux, souterrains s'écrit souterrains.
Répondre
#6
0
0
Bande de cuistres !
Lémeure & PitiouW corporation
Répondre
#7
1
la_gargouille
0
Citation :Instant culture !

On dit les berruyers.

Précision utile au cas où il y aurai des incultes ou des ouvriers sur le forum.

(pardon Desproges pour ce plagiat !)
Répondre
#8
2
alpha
Mathieu
0
Il y a un bouquin de Roland Narboux, "Bourges Mystérieux" qui est intéressant http://www.encyclopedie-bourges.com/bourgesmyster.htm Il parle un peu de tout, des souterrains médiévaux, de la défense passive, des carrières, des caves, de l'aqueduc, etc. Il a aussi une page web ici http://roland.narboux.pagesperso-orange....rrains.htm
Le souterrain que tu as visité, c'est sûrement "Saint-Guillaume"
Sous le palais Jacques Coeur, il y a bien des souterrains, ça a déjà été ouvert il me semble pour les journées du patrimoine il y a quelques années.

Quand au berrus, même si leur nom n'a rien à voir avec le coin, ils seraient bien passés dans les carrières de bourges Smile
[Image: 12101635624_251435420c_c.jpg]
Répondre
#9
10
Alan
aliasdingdong
alpha
Déglingué de 2nde Masse
Freed
Gastrik
ILOVETP
le G.O
TOPO
VilCoyote
0
Je déterre un peu le post pour apporter quelques précisions concernant ces souterrains. Déjà Bouges est une ville très ancienne qui existait déjà au temps des celts (je n'aime pas le mot gaulois (^_^) ) La tribu qui y habitait s'appelait d'ailleurs Biturige et la ville se trouvait sous le nom d'Avaricon(kon?) (Avaricum en latin)

De fait il existe sous la ville des infrastructures remontant au temps de l'antiquité romaine (fontaine, remparts...) En ce qui concerne les carrières il y en a trois principaux dont une en très mauvais états mais elles sont toute les trois à l’extérieur de la ville. Pour ce qui est des souterrains intra muraux, ils sont découpés. Il s’agit parfois de caves sur plusieurs étages qui arrivaient au niveau des remparts et qui les suivaient.. Mais il n'y a pas un réseau comparable au GRS.
On retrouve aussi quelques souterrains de fuite et autre qui sont un peu plus grand. On dénombre néanmoins rien que dans le centre ville, autour de la cathédrale une cinquantaine d'entrées. En générale qui partent des caves des particuliers.

Il faut d'ailleurs savoir que ces particuliers font construire des murs dans les différents réseaux car il était avant possible d’accéder aux caves d'une bonne partie de bourges centre par certains réseaux. Aujourd'hui il est assez compliquer d'y entrer car comme je l'ai dit, la plupart des entrées sont chez des particuliers qui ont une peur bleu que quelqu'un découvre quelque chose chez lui (dès fois qu'on lui perce une canalisation en fouillant ^^).

A part ça il y a aussi la légende qui parle d'un souterrain partant du château de Mehun sur Yèvre pour aller jusqu'au Palais Jacques Coeur mais il ne s’agit que d'une légende.

Quand au carrière, une se trouve route de Dun et a servi de champignonnière et de dépôt de munition   et les deux autre se trouvent près de l’aéroport. La plus grande qui se trouve route de Dun est malheureusement morcelée car il y a eu des éboulement, une énorme explosion en 1946 et la construction de la rocade en plein milieu. A noter par contre que selon un des généraux de la base d'Avort qui s'occupaient de déminer l'endroit pour la construction de cette rocade, il y aurais encore dans des endroits profonds de la carrières des explosifs allemands. Et selon une rumeur assez persistante, certaine partie sont murées et accueillerais encore aussi bien des véhicule allemand que des bombes trop grosses pour être déminées...

Ci dessous, le seul plan des carrières route de Dun que je connais. Il n'est plus à jour conte tenus des remaniements causés par la construction de la rocade mais il donne une bonne idée de l’ampleur des carrieres du secteur.



[Image: 1459345231-planredim.png][Image: 1459345267-superposition-satellite.png]
"En mil trois cent quarante-huit,
à Nuits, de cent restèrent huit.
En mil trois cent quarante-neuf,
à Beaune, de cent restèrent neuf."



Répondre
#10
0
0
(Mer. 30 Mars 2016, 14:46)Yersinia a écrit : La tribu qui y habitait s'appelait d'ailleurs Biturige 
Désolé moi je note seulement ça... La tribu de la Biture!!!  Big Grin Big Grin Big Grin
Répondre
#11
0
0
Pour Avaricum, notons les fouilles lors des travaux du centre commercial "Avaricum" justement Wink. T'as des news là dessus ? T'es de Bourges ?
Répondre
#12
0
0
Oui alors pour les fouilles, faudrait que je revérifie mais d'après les retours que j'avais, ils ont bétonné des thermes gallo romaine pour construire leur centre commercial qui en plus n'attire presque aucune boutique Big Grin Oui je suis de bourges ^^

Sinon je crois qu'ils ont aussi trouvé du médiéval (un moulin) et deux trois autre trucs.
"En mil trois cent quarante-huit,
à Nuits, de cent restèrent huit.
En mil trois cent quarante-neuf,
à Beaune, de cent restèrent neuf."



Répondre
#13
0
0
Pour la superposition des plans retouche un peu avec Illustrator, là ça fait mal aux yeux. Et puis réajuste le nord et vérifie l’échelle parce-que là c'est inutilisable. Sinon la salle au N-E a l'air très sympa...
Répondre
#14
4
Capitaine Caverne
Freed
ILOVETP
saintloup
0
A la base, je n'avais pas fait la superposition pour que ce soit utilisable. C'était juste à titre informatif. Je ne sais même pas si le plan est à l'échelle, j'ai juste fait correspondre les points de repère que j'avais avec ce que je connaissais. Je veux bien essayer de faire un truc mieux après, mais je ne peu pas garantir le résultat ^^

Pour la salle NE, on va avoir un problème, parce que ce serais là ou en 1946, le déminage a provoqué une explosion pendant des jours...





"Le mardi 20 août 1946, route de Dun, dans une ancienne champignonnière, au lieu-dit "Les Justices", ces employés devaient désamorcer les bombes et récupérer le métal. Depuis le début de ce travail, 2000 bombes avaient déjà été désamorcées. Les artificiers, dont un seul était un professionnel, devaient couper les fils des fusées électriques, prélever la poudre noire, puis la noyer dans un trou d'eau. Ce n'était pas un travail compliqué, et les risques ne semblaient pas énormes, même si, le matin même, un sergent aviateur leur avait dit d'être prudents.
C'était l'après-midi, vers 16 h 50, une formidable explosion se fit entendre, un nuage de fumée de 500 mètres de hauteur était visible à des kilomètres à la ronde. A l'arrivée des pompiers, rapidement sur les lieux, un cratère de 100 mètres de long, 35 mètres de large et profond de 16 mètres dégageait une poussière noirâtre. A un demi-kilomètre de là, des graviers gris et noirs jonchaient le sol.[...]

Il est décidé de suspendre les recherches tant qu'il y aura des explosions et des incendies, il reste encore au moins 50 tonnes de bombes dans les galeries. Par contre, les sauveteurs ne signalent aucun cri : pour tous, il n'y aura pas de survivant.[...]

Le bilan de cette explosion de Bourges sera de 10 morts parmi les ouvriers français.
Aujourd'hui le lieu est bien entouré et grillagé, et des pancartes en interdisent l'accès. Le trou est encore bien visible, montrant l'importance de l'explosion. Il est question aujourd'hui de combler l'ensemble, avec de la terre et du béton, car il y a encore sous les gravas, 50 ans après, des obus ou autres instruments explosifs."
"En mil trois cent quarante-huit,
à Nuits, de cent restèrent huit.
En mil trois cent quarante-neuf,
à Beaune, de cent restèrent neuf."



Répondre
#15
8
Dave
Déglingué de 2nde Masse
ILOVETP
KdK
la_gargouille
LOUL
PonyClub
Yersinia
0
Effectivement, le secteur NE a été bien abimé par l'explosion de 46. C'est désormais "terrain militaire" et ça ne sera jamais totalement "déminé". 
Les traces de l'explosion sont aussi visibles en sous-sol : impacts sur les parois et piliers soufflés.



Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)