16 membres en ligne. Connectez-vous !

Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Recherche dans le sujet
PLONGà‰E DE L'à‰QUIPE CIVIàˆRE
#16
0
0
Le but est de faire passer des syphons courts à  un blessé sans capacité de plonger, pas de faire de la plongée profonde en brancard au Goul du Pont....!

Maintenant, il est censé être conscient, faute de quoi il risque de perdre son det, voire pire. Il n'est pas prévu de véhiculer un spéléo inconscient.:roll:

Mais dans le pire des cas, entre ma couenne ou mes oreilles, le choix est fait : on peut vivre avec des tympans recousus (pas replonger, certes) mais pas en restant dans un trou sans lumière, ni bouffe, ni air - au bout d'un moment !!!!

A quand la version recyclo, qui résoudra peut-être une partie des ptroblèmes de la victime, mais fera bien chier les accompgnants (gérer deux PPo2 plus la touille en poussant le brol, ça doit être quelque chose.... Confusedhock: ).

Deep, un avis ?
Dans la boîte à vitesses de la connerie, y a pas de marche arrière.
Répondre
#17
0
0
"Plongée à  -54 metres, 93 min de plongées pour 450 metres de progression...."

93 minutes avec les tympans pétés, ça doit être long, surtout les 92 dernières minutes........

J'y connais rien en spéléo mais si le mec est conscient, c'est pas plus simple de le bouger sans civière, genre avec une bonne attelle ?

En fait, cette civière sert à  bouger quel type de blessé ?
Répondre
#18
0
0
Pour passer les oreilles, tu as les accompagnants pour te pincer le nez, si tu peus pas faire un BTV....

Pour ce qui est du brol, je pense que cette civière est là  pour les jambes, le bassin, voire le dos Confusedhock: Confusedhock: Confusedhock: . Dur dans ces conditions de passer une étroiture ou de faire des paliers corrects.

Certes un bras en vrac, bien atellé (ça existe, ce mot pour ce sens là  ????? :? ), c'est pas bloquant pour passer un syphon ni faire une remontée propre.
Dans la boîte à vitesses de la connerie, y a pas de marche arrière.
Répondre
#19
0
0
Extrait de plongeesout, voici l'interview de Joel Endwell, le premier testeur (voir début de ce post) du brancard in situ .....

LE TITRE POURRAIT S’APPELER
VU DE L’AUTRE COTE DU MASQUE OU UNE TRANCHE DE VIE DE VICTIME

Et oui, en général les entrées de grotte sont plutôt champêtres, mais la c’est la ville et le passage de la vie citadine à  la vie de troglodyte est rigolote.

Arrivé sur place dès vendredi et un peu réfractaire à  la vie urbaine, je me suis dirigé vers ST MARTIN en VERCORS pour y passer la nuit.
Là , j’ai retrouvé notre patron à  tous, Eric ZIPPER !!!!
Toute son équipe se trouvait là  pour un stage CT.

Et avant de me lancer dans mon CR (comme il me l’a été demandé), je parlerai tout d’abord de nos CT, charnière d’un bon déroulement de secours.
HOUUUUUUUUUUUU : CT : ça c’est pas un truc simple…
Comme vous le savez, traiter de l’organisation, ça je sais faire (congrès).
Mais là , il n’y a pas que la partie technique spéléo à  gérer. Il y a aussi toute la partie relation et persuasion avec les officiels. Et à  ne pas négliger, la presse !
Tous les faits, mots et gestes doivent être comptés et analysés pour arriver à  gérer des gens qui ne se connaissent pas toujours et qui ont des objectifs et des connaissances complètement différentes. Le tout dans l'intérêt d’un secours efficace pour la ou les victimes.
Il faut savoir aller vite et doucement.
Pas simple !!!!!!
J’ai un plus grand respect pour ces volontaires (CT) qui se lancent dans de telles responsabilités périlleuses mais à  mon avis passionnantes et je fais honneur à  leur dévouement.

Et même s’il y a eu des petits couacs, ce n’est pas bien grave.
N’oublions pas qu’un BARNUM, c’est fait pour se rôder et tester tout le monde et tous les systèmes et cela permet aux CT de se roder à  la mise en place d’un secours réel.
Donc de l’indulgence, de plus pour certains, c’était le baptême du feu.

Bon : le CR, le CR, le CR, le CR !!!
Ok, ok, ok, ok...

Arrivé sur place à  7h30 samedi matin.
Préparation de mon sac bouffe (très important), je n‘aurais pas voulu perdre 1 kg.
Cela aurait nui au portage et déstabiliser mes petits camarades.
De plus cette fois ci, je n'avais pas acheté de NOUGATTI, j’ai été ballot car E. ZIPPER n’était pas sous terre cette fois là  et je n’aurais pas eu à  partager avec lui, DOMMAGE !!!!

On m’a souvent reproché mon poids, 82 kg, mais ne vous leurrez pas, j’ai des petits camarades qui plongent et qui font entre 100 et 110 kg, bon ok ! Ils font 1m90 mais leur poids est toujours leur poids. Les plus mince et les plus petits font mini 70 kg.
Alors stop aux réflexions désobligeantes, hiiiiiiiii.
Je suis en dessous de la moyenne nationale.
Donc ! De part le fait, un bon cobaye, de taille moyenne, de race européenne hiiiiiiiiii.

Après mon sac de bouffe, mon sac de fringues sèches et double de rechange, au cas ou…
Et j’ai bien fait.

Je me présente à  l’enregistrement et voilà  reste plus quâ€™à  attendre le top départ

Je tourne et vire parmi des copains que je n’avais pas vus depuis longtemps, qu’elle fut ma surprise de voir France, ma toubib préférée, que je n’avais pas rencontré depuis le secours à  la grotte de la DIAUX (genre depuis 22 ans).
Là  aussi on a un modèle de gentillesse et de compétence.
Il faut savoir que cette grande dame a opéré un chien sous terre, pour tester les problèmes que l’on pourrait rencontrer dans de telle situation sur un humain.

Pour les amis des bêtes, il faut savoir que le chien à  l’époque a survécu à  ce test

Donc discutant de ça et de là  avec mes potes, ça m'a fait tout drôle d’entendre que l’on parlait d’une victime (certes fictive) qui avaient tel et tel problème, qui était portée disparu (scénario oblige) et que moi j’étais encore dehors à  attendre mon ordre de rentrer sous terre (rigolo).

Vers 12 h, ordre nous est donné de pénétrer dans la grotte.
Handicapé d’un genou récalcitrant (opéré d’un ménisque, il a 3 mois), j’appréhendais un peut le crapahut.
Olivier LANET m’avait dis : « JO, pas de problème, tu va voir c’est tout droit !!! »

Effectivement, la galerie était simple, le principal était pour moi de ne pas sauter ou tomber pour ne pas avoir à  me réceptionner brutalement sur mon articulation encore douloureuse.

Arrivé à  la salle à  manger, je n’ai pas eu le temps de flâner, je me suis changé rapidement et mangé un bout tout aussi façon TGV.

Je voulais faire le plein de calorie car dans le brancard plongée, le mot inactif et froid résume à  peu près les seuls choses que j’ai à  y faire.
De plus, chose très bizarre dans cette grotte, la température ambiante est relativement chaude, mais l’eau relativement froide et oui, elle vient du Vercors,
Donc recharger les batteries avant le départ dans l’eau est primordial.

Après montage du point chaud par l'équipe ASV plongée, je fus mis très rapidement à  l’intérieur.
Il fut fais le traditionnel bilan médical, transmis par le NICOLA au PC.
Après cela et malgré un brouhaha important (il y avait bien 40 personnes sur place), j’ai piqué un petit roupillon toujours dans le souci d’être le plus frais possible pour le départ en civière.
Car au frais, j’allais y être hiiiiiiiiiii

On me réveille en me disant : « JO la sentence est tombée, on y va »

Déjà  habillé dans la doudoune, je fus vite empaqueter dans le sac étanche de plongée.
Pour ceux qui ne l’ont jamais vu, c'est un vêtement étanche genre sarcophage avec deux manches ce qui permet d’avoir les bras libres pour : changer d'embout respiratoire et passer les oreilles.
Tiens les oreilles puisqu’on en parle, vont-elle passer aujourd’hui ? Il y a 15 jours au module 2, j’étais pris du nez et j’avais eu beaucoup de mal a passer ces foutus trucs qui me servent à  entendre.

Emmailloter dans mon sarco (non ! pas SARKOZY), mon SARCOPHAGE.
Je suis glissé dans la civière, une PETZL classique très légèrement modifiée.
Là  vient ensuite, la mise en place du système respiratoire, 2 bouteilles 7 litres classique, une lyre de raccordement reliant les deux blocs et l’installation des plombs d’équilibrages

Vidange de l’air du volume, bon équilibrage avant et arrière, et HOP LA, on est prêt à  partir.
Mes camarades me demandent si je suis OK ! Et en route pour le sous plafond sous-marin.

Les plafonds, parlons-en de ces plafonds !!!!
La vision d’un blessé et limitée à  la gueule des potes qui en chient à  te transporter et aux plafonds. Certains sont très beaux mais bon, ça limite la visite.

Heureusement dans les parties terrestres, il y a des femmes qui à  l’égale des hommes portent la civière et là  c’est encore plus sympathique, dans l’effort elles ont toujours le sourire et le petit mot gentil pour le blessé.
Gueulé pas les mecs !!!
Vous aussi vous avez le sourire avec moi, mais bon je milite féminin et pas masculin, navré.

Donc, nous voilà  dans le siphon de couleur très noir et visiblement dans son ensemble très joli.
Super, mes oreilles passe impeccablement.
Nous sortons assez rapidement de la partie noyée car le siphon est relativement court.

Après une très courte navigation touristique (humour), nous arrivons sur une berge. Mes camarades me sortent de l’eau et rapidement me gonflent le vêtement étanche pour que je ne sois pas trop en contact avec le froid.
Un portage démentiel est pratiqué car il faut que mes collègues soulèvent la totalité du brancard (y compris tout le matos plongé) pour pouvoir avancer dans la galerie sèche.
En général, les bouteilles et les plombs sont enlevés pour transiter la civière entre deux siphons.
Mais là , ce jour précis, pris d’une démence et de délire aigu, ils ont porté, port, porté, déliré, déliré, oui DELIRE est le mot.

Bref J P BAUDU, victime lui aussi de délire, installe le NICOLA, qui lui ne délire pas, mais au contraire marche encore mieux que dans la salle à  manger. La palmite aigue lui a donné de la puissance.

En tous les cas, quel appareil merveilleux et efficace. Nous devrions tous encore plus nous perfectionner sur ce type d’appareil.

Après avoir fait savoir au PC que tout allait bien, l’ordre est donné par ce dernier, pour le retour vers la civilisation.
Remise à  l’eau
Re « JOJO, tu es OK ? » et re-immersion.

Pour ce retour, Jean Pierre Baudu avait décidé de changer les opérateurs de place afin que tous les plongeurs de l'équipe aient manipulé cette civière,soit à  l’avant soit à  l’arrière.

Les rôles sont définis de la manière suivante en tête (c'est-à -dire aux pieds), oui je sais, ça perturbe le cerveau la plongée, la civière transite pied en avant dans la galerie.
Donc en tête, un plongeur qui lui a la responsabilité du suivi du fil d’Ariane. Un autre en queue qui a la responsabilité de la sustentation de l’ensemble et de la surveillance du blessé.
Et un dernier qui lui va et vient en fonction des problèmes ou des passages et aide au bon transit de l’ensemble.
Tout cela pour vous dire que toutes les personnes qui ont eu contacte avec cette civière ont été très surpris de la facilitée à  la manier.
Et JP BAUDU, notre chargé de mission a toujours émis le souhait qu’un maximum de gens soit formé à  l’utilisation de la civière car il ne veut en aucun cas que seule une pseudo équipe d’élite en connaisse les rudiments.
Le jour o๠on aura un secours à  effectuer, tout le monde doit être polyvalent.

Revenons à  notre passage siphon (dit retour à  la vie civilisée).
Le retour est impeccable, bonne assiette bonne sustentation.
Seul petit souci, le vêtement qui a eu un problème de fermeture éclair fuit un peu mais bon, tout se passe bien.
Les trois plongeurs qui manipulent me font passer sans brusquerie.
Il est vrai que l’eau très claire aide à  une manœuvre parfaite

Quoique 15 jours avant, dans une touille mémorable (visi 20 cm), ça s’est très bien passé aussi.

Depuis que je monte dans cette civière, je n’ai jamais eu d’inquiétude particulière car le choix des équipes fait par JPB a toujours été très judicieux et de plus elle est doublée en général par deux ou trois habitués, qui surveillent la manœuvre et sont prêts à  intervenir au cas o๠!
Va sans dire que seuls les meilleurs qui seront sur place le jour d’un secours, seront retenus pour manipuler la civière et qu’en plus si la galerie est étroite, trois personnes à  la manœuvre sont idéales et suffisantes.
Et dans le pire des cas, elle peut être bougée par deux personnes temporairement, si c’était encore plus étroit.

Le siphon est vite franchi et nous revoilà  dans la salle à  manger
Applaudissements, déshabillage, changement de sous couche et de doudoune et je me replonge dans un brancard identique au précédent, mais sec.

A partir de là , il n’y aura pas de perte de temps.

Après un petit briefing de manipulation pour les débutants, je suis reparti vers la sortie porté par une multitude de spéléo.
Les passages s’enchaînent les un après les autres, par des chenilles humaines, les têtes changent au fur et à  mesure de la progression, pour que les nouveaux venus puissent prendre conscience de la technique de brancardage. Seuls les cadres qui surveillent de très près les manœuvres resteront tout au long de la progression.
Et je me suis toujours senti en pleine sécurité tout au long des différents passages et des différents ateliers.

Les gens ont été très gentils avec le blessé et un cadre m’a même demandé d’en faire un peu plus, genre le vrai blessé qui a mal pour que l’entraînement paraisse plus réel.
Qu’il me pardonne mais je suis beaucoup plus chiant dans la vie que dans le brancard car je sais comment les manœuvres sont techniques et comme les sauveteurs se font déjà  assez mal au dos et je n’ai pas eu le courage a en rajouter.

Bon certes, j’ai failli regretter quand l’un d'eux m'a dit : « on va te laisser glisser sur les marches de l’escalier en ferraille et tu va juste avoir la tète qui tape à  chaque marche » Sympa le mec, je lui ai demandé son nom pour en parler à  E. ZIPPER mais il a décliné ma demande, BIZARE hiiiiiiiiiii

Donc les ateliers se succèdent et le portage aussi pour arriver à  la partie touristique.
Je sentais bien que le portage était un peu plus brusque et moins fluide qu’au départ de la salle à  manger. Et c’est bien normal, la fatigue commençait à  se faire sentir, mais ce n’était pas fini, car la partie touristique était encore plus difficile pour le transit, car très étroite par endroit. Par moment, j’avais envie de chanter la « CHENILLE » et oui, je me suis retrouvé sur le dos de mes petits camarades.

Voilà  ce que je peux dire de cette opération.

Je félicite encore une fois tous les participants de cet exercice.
Même si çà  et là , j’ai vu des gens de par leur équipement et leur manière de se bouger sous terre qui n’avaient pas grand chose à  faire sur un secours.
Certes, je comprends aussi qu’il est bien de sensibiliser des débutants de la difficulté de notre sport et aussi de susciter de future vocation de sauveteurs pour pérenniser le SSF. Qui rappelons le, est le seul à  être agréé par le Ministre de l’Intérieur et la Sécurité Civile pour effectuer des secours sous terre.

Merci à  tous les cadres pour l’énorme travail fait pour préparer de tels stages.

En ce qui me concerne, à  part un mal de dos et des jambes qui me faisaient mal à  cause de l’immobilité dans le brancard, rassurez-vous une demi-heure après m’avoir libéré, j’étais frais comme un gardon.

Et j’en profite encore une fois pour remercier tous mes camarades de la gentillesse qu’ils ont eu de m’accepter au sein du groupe.
Je suis très fier d’avoir pu le faire avec des mecs qui ont parfois plus de 30 ans de moins que moi et d’être pris par eux comme un égal.
En ce qui me concerne la science ne peut plus rien faire pour moi mais au moins j’aurais tenté moi de faire avancer la science.
Dans la boîte à vitesses de la connerie, y a pas de marche arrière.
Répondre
#20
0
0
sur la video il a le masque integral donc le nez est pince dedans donc vasalva sans les mains.
Et puis y a pas besoin de ses mains pour reequilibrer les oreilles...
Wallace
Portfolio
Répondre
#21
0
0
J'ai été la dernière victime celle des 450m à  54m....

Pour les oreilles : Il n'y a pas de souci particulier, le facial à  un pince nez... lors du dernier exercice, j'étais enrhumé, j'ai pu me moucher dans le masque sans probleme.... a part la morve, que j'avais sur le visage.... Vive les huitres....

Le cout d'une telle réalisation est pour sur assez cher....
Mais quel est le prix du vie ????
Un cercueil ambulant ??? et bien non, il faut la tester pour le savoir.... Comment peut-on critiquer quelque chose que l'on ne connait pas ??

La victime fait des paliers..... Il y a un boitier de distribution et les gaz sont injectés par les plongeurs d'assistance....

On respire normalement dans le masque et hop tout est ok....
On sent même l'arrivée des nouveaux gaz....

On regarde juste un plafond défilé sous ces yeux et des mains qui font des signes dans le champs visuel du masque....

et voilà .....
Avec une seule couille, on ne vas pas loin.....
Répondre
#22
0
0
Pour chatoo....petrouche....

La civière sert à  tout type d'accident.... le seul cas ou cela devient compliqué c'est quand la victime à  un collier cervical....

Problème d'étanchéité avec le collier et le vetement étanche....
Avec une seule couille, on ne vas pas loin.....
Répondre
#23
0
0
En tout cas c'est une belle avancée niveau sécuritée.
Répondre
#24
0
0
Intéressant tout ça !! ça me donne envie de plonger... en ce moment, je ne vois que l'eau de ma douche et du petit bassin des bébés nageurs...

^_^
Répondre
#25
0
0
Repars en voyage pendant 1 ans....
Avec une seule couille, on ne vas pas loin.....
Répondre
#26
0
0
On y pense, on y pense mais on va attrendre que notre fille marche et soit propre, ça sera plus pratique... (la suite en mp sinon on va se faire disputer...)
Répondre
#27
0
0
la civiere est un bel outil pour faire progresser des techniques, également pour former une équipe.... sur ce type d'action.

Pour le secours il est effectivement plus interessant de passer des attelles pour le plongeur. Dans le cas ou l'attelle n'est pas suffisante, colonne vertébrale atteinte, l'habillage du plongeur et le passage en civière sera interessant.

Mais c'est connu nous les plongeur spéléo on a un bon moral!!

au fait dimanche 27 juillet sur la 5 il y aura un reportage fictionné (sic) sur le sauvetage du gouffre des vitarelle (montée des eaux et spéléo coincé dans une cloche naturelle sous pression .... qui fuyait. Sortie par un forage qui heureusement n'a pas débouché dans la cloche (on les trouvait et les noyait en meme temps!!).

Le risque majeur en plongée spéléo est ben la perte en siphon et il faudra vite trouver les disparus.

phb
vivre c'est mourir un jour, plonger sous terre c'est vivre intensément!
Répondre
#28
0
0
plongeur a écrit :au fait dimanche 27 juillet sur la 5 il y aura un reportage fictionné (sic) sur le sauvetage du gouffre des vitarelle (montée des eaux et spéléo coincé dans une cloche naturelle sous pression .... qui fuyait. Sortie par un forage qui heureusement n'a pas débouché dans la cloche (on les trouvait et les noyait en meme temps!!).

le récit est assez impressionnant :
<!-- m --><a class="postlink" href="http://pagesperso-orange.fr/thierry.maillard/fr/topos/vitarel/secours/recits/crue.htm">http://pagesperso-orange.fr/thierry.mai ... s/crue.htm</a><!-- m -->
Répondre
#29
0
0
hcl a écrit :le récit est assez impressionnant :
<!-- m --><a class="postlink" href="http://pagesperso-orange.fr/thierry.maillard/fr/topos/vitarel/secours/recits/crue.htm">http://pagesperso-orange.fr/thierry.mai ... s/crue.htm</a><!-- m -->

Comme quoi même en prenant des précautions ont peut avoir des "sales blagues".
Néamoins, l'important c'est qu'ils s'en soient tous sortis :wink:
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)